épode


épode

épode [ epɔd ] n. f.
• 1546; lat. epodos, gr. epôdos, de epi « sur » et ôdê « chant »
Hist. littér.
1Troisième couplet d'un chœur lyrique divisé en strophe, antistrophe et épode.
2Couplet lyrique composé de deux vers inégaux. distique. Par ext. Petit poème satirique écrit en distiques de ce genre. Les Épodes d'Horace.

épode nom féminin (grec epôdos, de epi, après, sur, et ôdê, chant) Couplet lyrique composé de deux vers iambiques de longueur inégale. Poème lyrique composé d'une suite de ces couplets. Dans la tragédie, troisième partie du chœur après la strophe et l'antistrophe. Dans le lyrisme choral grec, troisième élément, avec la strophe et l'antistrophe, de la triade, caractéristique de l'ode triomphale. Nom donné à de petits poèmes satiriques d'Horace.

épode
n. f. LITTER Pièce lyrique où se succèdent alternativement un vers long et un vers court.

⇒ÉPODE, subst. fém.
A.— PROSODIE GR. et LAT. Troisième couplet d'un chœur lyrique, qui suivait la strophe et l'antistrophe, et qui était d'un rythme différent. Parfois la cantate était chantée [aux fêtes grecques] pendant la procession, et le cortège faisait halte pour réciter l'épode (TAINE, Philos. art, t. 2, 1865, p. 178). Cette troisième strophe [du lyrisme choral] est dite épode (REINACH, Mus. gr., 1926, p. 101).
B.— RHÉT. GR. et LAT.
1. Second vers d'un distique (iambe dimètre ou de quatre pieds), dont le premier est un iambe trimètre (cf. MAR. Lex. 1933, p. 77).
2. Couplet lyrique formé de deux vers de mesure différente. Synon. distique (cf. MAR. Lex. 1933, p. 77).
P. ext. Poème lyrique composé de plusieurs de ces couplets. Les Épodes d'Horace. Ils croyaient se cacher dans leur bassesse obscure... Sur ses pieds inégaux l'épode vengeresse Saura les atteindre pourtant (CHÉNIER, Iambes, 1794, p. 269). Puisque les chants amoebées avaient repris, je ne voulus pas être en reste et préparai mon épode (GIRAUDOUX, Siegfried et Lim., 1922, p. 171).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. 1. 1550 terme de prosodie gr. « troisième partie d'une ode » (RONSARD, Odes et Bocages de 1550, au lecteur ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 1, p. 46 : Je ne te dirai point à présent que signifie Strophe, Antistrophe, Epode (laquelle est toujours differente du Strophe & Antistrophe de nombre ou de rime)); 2. 1552 « couplet lyrique composé de deux vers inégaux; poème écrit en distiques de ce genre » (RABELAIS, Quart Livre, éd. R. Marichal, chap. 51). Empr. au lat. impérial du gr. de même sens, de « sur » et « chant ». Fréq. abs. littér. :19.

épode [epɔd] n. f.
ÉTYM. 1546; lat. epodos, grec epôdos, de epi « sur », et ôdê « chant ». → Ode.
Histoire littéraire.
1 Troisième partie d'une ode. || L'ode était divisée en strophe, antistrophe et épode. || L'épode figure dans les odes pindariques de Ronsard.
0 Il (Ronsard) a changé les ballades, les chants royaux, les rondeaux et toutes les formes nationales de notre poésie contre les strophes, les antistrophes, les épodes et les formes grecques et latines (…)
Th. Gautier, les Grotesques, p. 102.
2 Couplet lyrique composé de deux vers inégaux.Par ext. Poème satirique écrit en distiques de ce genre. || Les Épodes d'Horace.

Encyclopédie Universelle. 2012.